01 avril 2010

ALICE DANS LES LIVRES - Jean-Marie Gourio

ALICE_DANS_LES_LIVRESAlice, une petite fille de six ans, lutte sur le lit d'un hôpital : elle est atteinte d'une maladie grave et si douloureuse qu'elle est sous morphine.
Chaque jour, depuis des mois, Samuel, son papa, lit à son enfant des passages du livre de Lewis Carroll, Alice aux Pays des Merveilles.

Alice aux Pays des Merveilles va, accompagnée du Lapin Blanc, sortir de son livre pour explorer les étagères de la bibliothèque et traverser d'autres livres et, faire ainsi connaissance avec la Vie. Elle veut percevoir et comprendre ce qu'endure sa petite soeur, Alice au Pays des Souffrances. Dès que la "vraie" fillette s'endort, assommée par les injections de morphine, celle du roman s'échappe et part à la rencontre de ce qui fait l'essence de l'humain :

C'est par Le ventre de Paris de Émile Zola, qu'Alice-au-Pays-des-Merveilles commence son voyage : "elle se dit que, sûrement, dans tous ces livres du Grand Voyage d'Alice dans les livres, elle trouvera le bon remède pour sauver sa petite soeur Alice [...] qui est en train de mourir, même si elle ne sait pas ce que cela veut dire "mourir à l'hôpital", même si elle ne sait pas ce que c'est qu'un "hôpital". Dans sa quête de sens, elle va commencer à essayer de comprendre "tuer". "Comme il vous faudra apprendre "mourir", Alice, commençons tout de suite par "tuer", lui dit le Lapin blanc.

Alice-au-Pays-des-Souffrances dort, pendant que sa petite soeur Alice-au-Pays-des-Merveilles cherche dans les livres un moyen de retenir la Vie que s'enfuit.

John Steinbeck, et Des souris et des hommes, vont offrir, entre autre, une maxime qui, désormais accompagnera Alice : "parce que moi, j'ai toi pour t'occuper de moi, et toi, t'as moi pour m'occuper de toi". Elle y découvre aussi la faim, la soif.

Le grand troupeau, de Jean Giono, va lui donner l'occasion de découvrir la peur.

Alice-au-Pays-des-Merveilles va ainsi poursuivre sa quête avec Lolita de Vladimir Nabokov, Du côté de chez Swann, de Marcel Proust, Le Quai des Brumes, de Pierre Mac Orlan... Mais parviendra-t-elle à sauver sa jumelle de cœur en éprouvant tous les sentiments, toutes les sensations, toutes les émotions de la vraie vie ?

◘◘◘◘◘◘◘◘◘◘

Ai-je réussi à vous communiquer combien ce roman est émouvant, pathétique et symbolique ? C'est la deuxième fois que je le lis. Je trouve que l'on a jamais fini d'apprendre ... je me suis sentie comme cette Alice de conte qui, sortie de son livre des Merveilles, découvre ce que vivre veut dire. Vivre et mourir.

Posté par tinusia à 08:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur ALICE DANS LES LIVRES - Jean-Marie Gourio

    Attirée par ce talentueux commentaire je ne vois pas comment manque un tel ouvrage. Tu as un vrai don pour transmettre les émotions

    Posté par Christine, 03 avril 2010 à 08:12 | | Répondre
  • je l'ai lu aussi ce livre, il est spécial mais original, touchant et émouvant j'avais beaucoup aimé

    Posté par pascale, 17 avril 2010 à 07:33 | | Répondre
  • Quel plaisir de vous lire très souvent.
    Vos opinions et documentations sont toujours dans le vrai. Très bon article.
    Merci beaucoup pour les informations et liens. Je partage sur votre point de vue.
    Un enorme merci voila
    Continuez à poster sur votre site.

    Posté par serrurier, 29 avril 2011 à 11:07 | | Répondre
Nouveau commentaire